Un an d’existence pour le droit à la déconnexion : où en est-on ?

droit à la déconnection

Au travail, en vacances, on ne lâche plus son smartphone, ni son ordinateur. Mais si ils sont devenus des instruments de loisirs ils sont aussi un risque de voir s’inviter le travail pendant ses temps de repos ne serait-ce que de lire ses mails le weekend, pendant les vacances et de répondre aux urgences. La loi garantissant le droit à la déconnexion des salariés a été voté en France en 2017. Qu’en est-il un an après ?



La loi sur le droit à la déconnexion ne prévoit pas de sanction



En cas de burn-out ou de licenciement impossible de s’appuyer sur le droit à la déconnexion. En effet la loi ne prévoit pas de sanction, elle définit uniquement les « modalités du plein exercice par le salarié du droit à la la déconnexion » et d’assurer « le respect des temps de repos et de congé ainsi que la vie personnelle et familiale.

Cette loi fixe un cap mais ne limite pas clairement l’utilisation du numérique en dehors du temps de travail. D’ailleurs en France, ce sont encore 8 cadres sur 10 qui restent connectés en dehors de leurs horaires de travail.

Contactez-nous